13 mai 2019

Philip Kerr, "Bleu de Prusse" : Bernie Gunther à la recherche du temps perdu

Bleu de Prusse est le dernier roman de son auteur paru en français depuis sa mort prématurée en mars 2018. Nous espérons pouvoir lire bientôt les deux derniers volets de la série, dont le tout dernier, Metropolis, vient de sortir en anglais. Bleu de Prusse est le 12e épisode de la série dont le héros, Bernie Gunther, a rendu Philip Kerr célèbre dans le monde entier. Les onze romans précédents nous ont promenés dans l'espace et dans le temps, de la veille de la Deuxième Guerre mondiale jusqu'à la fin des années 50, de Berlin à Cuba en passant par Prague, Zagreb ou Buenos Aires. Et aussi dans l'histoire mondiale, puisque l'une des marques de fabrique de Kerr est sa capacité à mettre le doigt là où l'histoire cache ses secrets les plus douloureux, et sa virtuosité quand il s'agit de mettre en scène de façon parfaitement fluide personnages réels et héros de fiction au cœur d'intrigues complexes, diaboliquement construites.

8 mai 2019

Maxime Calligaro et Éric Cardère, "Les compromis" : meurtre au Parlement européen

Nous sommes à quelques jours des élections européennes, avec pas moins de 33 listes officiellement enregistrées au 3 mai 2019,  une interrogation grandissante sur le taux de participation, qui n'a pratiquement pas cessé de baisser, avec quelques variations (61% en 1979, 43% en 2014). Il est peut-être temps de s'intéresser de plus près à ces mystérieuses institutions européennes, enjeux du scrutin à venir. La bonne idée nous vient de Maxime Calligaro, qui a travaillé pendant six ans au Parlement européen, et Éric Cardère, lui aussi habitué de Bruxelles, avec Les compromis, polar aussi efficace qu'éclairant.
Vous rappelez-vous le "dieselgate" ? En septembre 2015, l'Agence américaine de protection de l'environnement révèle que près de 11 millions de véhicules produits par le groupe Volkswagen ont bénéficié d'une fraude aux tests d'homologation... L'enquête est encore en cours, mais dès décembre 2015, le Parlement européen lance une commission d'enquête sur le sujet. La Commission européenne, elle, annoncera en décembre 2016 l'ouverture de dossiers d'infraction contre sept états européens accusés de n'avoir pas pris de sanctions financières contre la firme automobile. Voilà pour le réel.

29 avril 2019

Valerio Varesi, "Les mains vides" : l'attente et la colère

Voici la quatrième enquête du commissaire Soneri, l'enquêteur parmesan, mélancolique et révolté. Dans le précédent épisode, Les ombres de Montelupo (voir chronique ici), il nous avait entraînés avec lui dans le pays de son enfance, au début de l'hiver - campagne, montagne et brume au nord de l'Italie - et du même coup révélé un peu de son passé tout en démêlant une affaire largement liée au passé du pays. Avec Les mains vides, retour à Parme, en plein été. L'attente de l'orage, la ville écrasée sous une chaleur de plomb, moite, étouffante. "Ce jour-là aussi, la ville attendit vainement la pluie", telle est la première phrase du roman. Cette attente lancinante va ponctuer tout le roman, et l'enquête aussi. 

Valerio Varesi, l'interview en roue libre autour de "Les mains vides"

Valerio Varesi
C'est la quatrième fois que nous retrouvons l'enquêteur de Valerio Varesi, le commissaire Soneri, et le personnage est d'ores et déjà entré dans la famille de ceux, de plus en plus nombreux, qui sont sensibles à son indignation, à sa mélancolie et à son goût pour la bonne chère du nord de l'Italie. Les mains vides (voir la chronique ici) est un roman sombre, et, comme le dit son auteur, les questions une fois l'énigme résolue sont plus nombreuses qu'au début du roman. En voici quelques-unes, auxquelles Valerio Varesi a eu la gentillesse de répondre avec précision, patience, et dans un français choisi. Merci à lui...

22 avril 2019

Arnaldur Indridason, "Ce que savait la nuit" : un nouvel enquêteur, une plongée dans le passé

Konrad, tel est le nom du nouvel enquêteur que nous présente Arnaldur Indridason. Côté localisation, nous ne quittons pas Reykjavik. Konrad, policier à la retraite, veuf de fraîche date, s'efforce de se faire à sa nouvelle vie et à vrai dire, la réussite n'est pas au rendez-vous... Le deuil, l'ennui, la nostalgie, la vie en banlieue alors qu'il aime le centre ville, les insomnies, les perspectives peu réjouissantes d'un avenir solitaire et vide, si vide, font de lui un être tourmenté, mélancolique... Le vin, les cigarillos, les tubes des années 60 et 70, la famille - il a une sœur, la bibliothécaire Elisabet, et un fils lui-même père de jumeaux - tout cela ne l'aide pas à reprendre du poil de la bête. Le temps a beau passer, Konrad ne parvient pas à oublier son escroc de père, dont le meurtre, en 1963,  n'a jamais été élucidé.

15 avril 2019

Anders Roslund, l'interview en roue libre à Quais du polar 2019

Photo Emil Eiman

Co-auteur de la trilogie 3 secondes, 3 minutes, 3 heures, Anders Roslund était présent au festival Quais du polar pour y présenter le premier volume (voir la chronique ici). Un thriller contemporain et très réussi, l'occasion ou jamais d'en savoir plus sur un auteur aux multiples récompenses.

Vous avez participé aujourd'hui à une table ronde sur le roman d'espionnage, et vous sembliez un peu mitigé sur le sujet...
En fait, je trouve qu'on en est resté à la Guerre froide, et qu'il serait temps qu'on passe à l'espionnage d'aujourd'hui et du futur, simplement...

Parlons donc tout de suite de la trilogie 3 secondes, 3 minutes, 3 heures.
Mon fils est en train de quitter la maison, il avait besoin de cartons pour ranger ses affaires. Et en cherchant des cartons, je suis tombé sur une boîte dans laquelle je gardais les souvenirs de l'époque où j'espérais devenir écrivain un jour... J'ai découvert un exemplaire du principal quotidien suédois daté d'il y a vingt ans à peu près. En dernière page, il y avait la liste des best-sellers du mois. Et dans cette liste, il n'y avait aucun polar suédois !  

Articles récents