Thierry Marignac : La nuit où on a largué le cadavre



La nuit où on a largué
le cadavre

Une nouvelle inédite de Thierry Marignac

1.     SAHARA

C’était un été torride précédant la mondialisation, fin des années 1970  — vapeurs refroidies de la Guerre Fétide. La vérité historique oblige à en convenir, cette histoire se déroula après la dissolution des Sex Pistols — mais bien avant qu’Ali Agça, victime d’un déplorable entraînement au bazooka frauduleusement offert par les Bulgares, ne rate à bout portant un Jean-Paul II à peine mobile dans les couloirs du Vatican.
Bref, c’était l’époque où les dealers n’avaient pas encore appris l’étalement des vacances, alors à partir du 14 juillet, on ne les voyait plus, ils étaient sur la plage ou en taule. Jusqu’en septembre, et encore, il fallait qu’ils se remettent à flots, la machine avait souvent des ratés en début de saison. Six longues, interminables semaines de Sahara pour l’usager moyen. Mirage de paquet de poudre, et pas la queue d’un radis.
Cet été-là, dans leur groupe, la pénurie n’avait pas encore ployé les échines, grâce aux bons soins d’un des piliers de la bande qui avait mis la main sur un stock d’excellent poison d’Extrême Orient, un produit si pur que sa seule présence électrisait n’importe quelle pièce remplie de camés avant même d’y avoir goûté. La blancheur des cristaux d’héroïne était magnétique.
Soudain la drogue, traversée d‘une pulsation, se teintait de reflets rose nacré dans les lueurs du crépuscule qui constituait son arrière-plan. En effet, il était bien rare que les camés se retrouvent avant la fin d’après-midi.
Comme toujours dans ces cas-là, le pilier de la bande — détenteur de la manne — perdait tout son fric en se goinfrant l’opiacé.
Tout le monde oubliait tout, dans une vie de camé où le drame du manque et le psychodrame de la poursuite de la poudre fournissaient la trame essentielle des jours et se répétaient à l’identique ou presque, sinon que l’aubaine d’hier envenimait la poisse d’aujourd’hui. Du coup, la chronique ne retint pas comment ils se retrouvèrent cette fois-là, par un début de soirée encore ensoleillé, dans cette pièce minuscule au premier étage d’un vieil immeuble décrépit du 18e arrondissement. Bernard, le seul qui garda mémoire de cette nuit-là, et de l’enchaînement des faits, avait plusieurs versions contradictoires de leur réunion. Par contre, il se souvenait de la suite avec précision, parce qu’il était l’hôte de la bacchanale.

L’ARMURE DU CINGLÉ

 Bernard, un grand type à l’air hagard, avait été probablement costaud au départ, de gros os, une certaine assise au sol, mais l’usage l’avait rendu filiforme comme les autres. Il avait une vingtaine d’années, dont quelques-unes de zone, dont il gardait les réflexes et les séquelles — paquet de nerfs déjà fracassés, mais parfois des réactions judicieuses au moment critique. Après coup, il ne parvenait plus à recoller ce que le géant kabyle, Majid le cinglé, était venu foutre là. Bernard savait bien que le Kabyle venait d’être relâché de l’asile et qu’il cherchait de la poudre, mais il était certain qu’il n’avait pas fait monter Majid, toujours susceptible de démolir la turne pierre par pierre, si ça se passait mal. Il était pourtant un des seuls à foutre les jetons au géant kabyle. Bernard regardait Majid droit dans les yeux sur une certaine fréquence de réprobation glaciale et l’autre canait sans faire un pli. Bernard s’était servi de cette vulnérabilité incompréhensible — et découverte par hasard — dans l’armure du cinglé une ou deux fois pour le ramener à la raison et le foutre dehors. Mais Bernard savait très bien, l’ayant à quelques reprises appris à ses dépens, que la folie et la poudre sont des situations extrêmement instables. Si le géant kabyle lui en retournait une — tout à coup libéré de sa superstition, inversant la paranoïa par un coup de théâtre intime très possible chez un dingue— Bernard ferait le tour de ses pompes, en admettant que la torgnolle ne l’ait pas tout simplement décapité.

LES SPONSORS DE L’ORGIE

Donc, il était probable que le géant kabyle soit arrivé avec les deux autres, Lucille la michetonneuse, et Pascal le plus malin de tous (c’est ainsi qu’il faisait parfois figure de chef de bande), le cerveau du quartier, détenteur de la manne. Qu’est-ce que ces deux-là foutaient avec Majid ? Lucille était capable de tout, au fond, mais dans ses heures de loisir, elle s’intéressait aux beaux garçons — une poule toute en courbes, il fallait bien le reconnaître, une brune dont la lascivité vulgaire était soulignée par un ensemble rose parme à pois blancs, en tissu ultra léger, sous lequel battait sa poitrine et ondulait sa taille. Le géant kabyle était gigantesque, taillé dans la masse, parfois touchant avec ses airs de môme affolé quand quelque chose lui échappait, mais — construit sur le modèle sommaire des grands sauriens disparus — il évoquait plus Quasimodo que Sacha Distel. Les lueurs éperdues qui pailletaient de jaune les yeux de Majid aux instants où il perdait le contrôle, si elles avaient permis à Bernard de le canaliser quelquefois, foutaient le trac à presque tous les autres. Non, Lucille n’avait eu sans doute dans l’irruption de Majid chez Bernard qu’un rôle anecdotique. Elle avait peut-être insisté auprès de Pascal pour que celui-ci vende au cinglé. Si elle multipliait les sponsors de l’orgie, le détenteur de la manne serait plus généreux, la poudre allait pleuvoir. Comment Pascal, un grand blond à la voix douce dont les yeux translucides et la sagesse faisaient pâmer les filles, avait-il pu marcher dans la combine ? Avec les années, Bernard finit par se dire qu’intimidé par Majid et aguiché par Lucille, Pascal s’était contenté de baisser les armes. Ou alors le géant kabyle était arrivé plus tard, et il avait frappé, toutes antennes de camé vibrantes, ayant d’instinct localisé l’appart où se trouvait la défonce. Mais alors pourquoi est-ce que l’assemblée ne lui avait pas caché la manne et envoyé autre part ?  Bernard avait aussitôt senti que Majid sortait d’une cure de neuroleptiques et bains froids dans un établissement spécialisé, et qu’il était fou d’envie de came — en plus d’être à enfermer dans son état normal.
Peut-être que ce n’était pas Bernard qui avait ouvert la porte. Peut-être que c’était Lucille et son ordre du jour qui avaient convié le géant kabyle à l’intérieur cette fois encore — elle aussi en pleine fringale de poudre, plus on est de tordus, plus on bande, plus il traîne de quoi s’en mettre plein les artères.

LES INJONCTIONS DE LA SAUTERELLE

Quoi qu’il en soit, ils étaient tous les quatre dans la pièce au premier étage d’un immeuble du 18e dont les murs antédiluviens rendaient la chaleur en fin de journée et la fenêtre ouverte sur une petite cour crasseuse n’aérait pas grand-chose. Bernard était l’hôte mais bien entendu pas le locataire officiel. Celle-ci avait dû suivre les dealers sur la plage, de même que la poule de Pascal. Il profitait des vacances pour s’embourber Lucille la michetonneuse, et vendre de la dope. Le principal titre de gloire de Lucille était d’avoir impressionné les filles du voisinage qui lui posaient — avec autant de curiosité que de dégoût — des questions sur sa profession occulte, en leur répondant par un lapidaire : « Je préfère voir des bites que des machines à écrire. », qui avait mis fin au débat. Sinon, Bernard s’en rendait compte ce soir en la voyant de plus près, elle était carrossée d’enfer dans sa chiffonnade de coton rose à pantalon corsaire. Ombre au tableau, elle en rajoutait une tonne, se trémoussant outrageusement plus que nécessaire.
Elle s’accrochait à Pascal en minaudant dans un crépuscule de plus en plus sanglant :
—Te fais pas prier mon chéri, c’est notre soirée… J’en veux encore…
—Non, il n’en est pas question. On en a déjà parlé. Tu en as déjà eu. Maintenant, ça suffit.
Pascal reculait le buste, trébuchant un peu en arrière, se grandissant alors qu’il était déjà très long, les yeux écarquillés, comme un cheval effrayé par une tarentule. Lucille tripotait les premiers boutons de sa chemise bleu clair ouverte sur une touffe de poils blonds à hauteur de poitrine. Lucille se mit à jouer avec la touffe de poils, et changea de disque :
—Mon chéri, moi, tu sais quand j’ai pris de la poudre, il faut me baiser… Viens, on rentre à la maison… Il faut me baiser…
Pascal se reculait de plus en plus de Lucille et faillit tomber. Il était trop grand, trop mince, foutu de travers, en équilibre instable sur le bout des pieds. Les positions acrobatiques, ou même simplement malaisées, lui étaient périlleuses. Bernard le rattrapa. Il n’intervenait pas auprès de Lucille, probablement intéressé lui aussi par la perspective d’un petit shoot à l’œil si Pascal succombait aux injonctions de la sauterelle.

CINQ MILLE FRANCS LOURDS

Le géant kabyle n’avait encore pas dit grand-chose, peut-être intimidé par Bernard. Celui-ci, qui entendait gérer le dingue dès le début, lui avait à peine dit bonjour, en lui indiquant sèchement le seul endroit où sa masse pouvait s’installer sans casse dans l’appartement exigu. Et l’avait foudroyé du regard d’entrée. Il avait peut-être eu tort de faire usage de son venin aussi vite, se dit-il, le Kabyle allait se mithridatiser. En effet, Majid sortit de son hébétude, levant les yeux vers Pascal :
—T’as de la poudre ?…
Non content d’être une brute et un barge à confiner sous sédatifs, le géant kabyle avait une voix de stentor, caverneuse à souhait, faite pour le gospel. D’une détente — inouïe, chez un camé en manque — Bernard se rapprocha de Majid que la soudaineté du déplacement fit sursauter.
—Tu veux qu’on t’entende jusqu’au commissariat ?
Dans un moment pareil, avec de la poudre en jeu, c’était quitte ou double, ou bien Majid s’écrasait, ou bien il lui lâchait une mandale qui le projetterait sans nul doute sur le mur d’en face, la pièce était décidément exigüe. Le géant kabyle baissa les yeux, et Bernard respira un peu, il restaurait son autorité. Mais, une seconde après, le Kabyle l’écartait d’un geste assez brusque. Pendant que Bernard reprenait l’équilibre, Majid poursuivit, sur un ton un peu moins tonitruant tout de même :
—Eh, Pascal, tu vas pas me laisser comme ça ? Franchement ?… J’en ai besoin, moi…
Bien que froissé, Bernard décida prudemment d’ignorer la brusquerie du géant kabyle. Pascal, qui négociait à voix basse avec Lucille, répondit à Majid :
—Je n’en ai plus.
Le Kabyle étala cinq mille francs lourds devant lui sur la paillasse, seul siège assez solide pour supporter son poids. Lucille était à présent un peu plus loin de Pascal et regardait l’argent.
—À combien tu la vends ? Tu vois pas que j’ai de quoi ? Rapporte-moi de la poudre.
Bernard reprit le crachoir d’une voix tranchante en se postant du côté gauche du Kabyle :
—Ta gueule, Majid, moins fort ou je te fous dehors.
Bernard se demandait comment s’en tirer si le géant le prenait au mot, mais celui-ci n’avait pas l’habitude qu’on le défie ouvertement, surtout après une démonstration de force. Grâce à Allah, Majid doutait de lui-même, et sa parano schizoïde fit le reste.
—Excuse, dit-il en direction de Bernard, maintenant tout près du seul tabouret vacant en bois épais. Ça fait si longtemps, tu comprends…

PSYCHISME À LA MASSE

Paradoxalement, ce fut ce qui décida Pascal à aller chercher dans son appartement la quantité désirée. La situation semblait pacifiée, Pascal avait confiance. Bien que Bernard soit plus jeune que lui, amaigri, et au fond fragile comme un camé, il sourdait parfois de lui une certaine fréquence vitale à échos de ferraille dont se méfiaient même les petites frappes de la rue. Et les billets craquants étaient sous le nez de Pascal dont l’entreprise de deal tournait à perte depuis déjà un certain temps. La mousmée roucoulait à l’idée de la débauche qui allait s’ensuivre et accepta même de rester dans l’appartement avec Bernard et Majid. Pendant ce temps, Pascal, peu désireux de laisser voir à sa maîtresse d’occasion où se trouvait sa cache, pourrait couper sa poudre au Gerblé nourrisson premier âge tout à son aise, tranquillement, avant de revenir.
Tous les signaux d’alarme hurlaient sous le crâne de Bernard : cette poudre, même coupée, c’était une bombe, impossible de prévoir ce qu’elle produirait — sueur, accès de fièvre, hurlements, accès de violence — sur le psychisme fragmenté à la masse de Majid. Bernard supposait qu’en le manœuvrant et en le prenant par surprise, il était assez vif pour assommer le géant kabyle avec le tabouret. Tout de même — pas du tout cuit. C’était une enclume, ce Majid, Bernard risquait de péter le tabouret, et de le mettre vraiment en rogne. Ce qui signifiait une trempe magistrale, et, retour de vacances, sa gisquette, nonobstant ses coquards, lui ferait en prime une scène pour le tabouret.
Mais Bernard rêvait déjà de son shoot, alors il glissa vingt sacs à Pascal pour un petit tour de manège, en se disant qu’avec l’influence qu’il prenait sur le Kabyle, dès que l’autre serait dans la vape, il écrèmerait le paquet de dope, sur cinq grammes de TNT, il y avait de quoi faire. Sa mise était plus symbolique qu’autre chose, mais elle confortait Pascal dans son devoir de pourvoyeur. Bernard ne confia pas à Pascal sa certitude que Majid sortait à peine de chez les hallucinés du caisson, encore sous médecine radioactive, ni sa prémonition post nucléaire de la suite des opérations. Pascal avait du chou, il aurait certainement marqué le pas. Mais Bernard ne pensait qu’au coup de gong de la poudre résonnant dans tout le corps : le goût dans la bouche, les muscles liquides, le sang vicié, le bourdonnement aux tempes, la bulle invulnérable aux autres de plexiglas blindé qui le dérobait alors — bien plus efficace qu’une tour d’ivoire. Vite.

TOUTES LES MÊMES

Le géant kabyle — une montagne de bidoche, même assis — continua à s’excuser auprès de Bernard pour pouvoir se plaindre et bénéficier de l’apitoiement. La mousmée avait entamé un rentre-dedans sans trop de fioritures en direction de Bernard qui jouait les hommes de la situation en calmant l’armoire à glace. Pascal prenait son temps.
—Tu me plais toi, disait Lucille à Bernard. T’es félin.
—Moi ?… répondit Bernard, incrédule, les gestes saccadés, les reins cassés, les nerfs en vrille, les articulations vermoulues par le manque, raide comme un verre de lampe.
—Elle a raison, dit Majid, cherchant à se faire pardonner sa véhémence, maintenant qu’il était sûr d’avoir de la poudre. T’es beau gosse.
— C’est pas ça qu’elle a dit, imbécile.
—Si, fit la mousmée. Je l’ai dit autrement, c’est tout.
Toutes les mêmes, songea Bernard, toujours prêtes à s’allier avec les balaises.
—Ah, tu vois, dit le géant kabyle, satisfait de rabaisser le caquet de Bernard. Je comprends mieux que toi la France.
Pour garder un brin de sérénité, Bernard songea au grand couteau dans la microscopique cuisine, sous l’évier. Il essayait simultanément de se souvenir de tous les films de sa connaissance où on se débarrassait des cadavres. Hélas, le manque n’aidait pas à la concentration. Dans La Femme à abattre, les affreux  lestaient les macchabs avant de les foutre à la baille. Mais le plus proche cours d’eau, c’était le canal de l’Ourcq, et — Bernard  ne disposant d’aucun véhicule— il fallait les traîner jusque-là. Il faudrait donc solliciter l’aide de Pascal. En effet, celui-ci était déjà mortellement encombré par la sauterelle sans frein sans contrôle, sans compter que ça flinguait son image de vieux sage auprès de qui chacun prenait conseil, une écervelée nympho comme ça. Un kilomètre environ à traîner deux corps par les chevilles dans la nuit claire de l’été. Les choses étant ce qu’elles étaient, Pascal prendrait la fille, 55kg, et lui laisserait Majid, 95kg. Le défaut de Pascal : excellent chef d’état-major, il choucroutait sur le champ de bataille. Bernard avait le défaut inverse : bon tacticien, il manquait de stratégie. Ne sachant absolument pas quoi en faire après les avoir égorgés, il se résigna à supporter ses hôtes. Pascal tardait.

2.     POUVOIR DÉFOLIANT DE LA POUDRE

Pas moins kamikaze qu’un autre, Bernard avait tout de même une idée assez précise du pouvoir défoliant de cette poudre. Il calculait sa dose sur des critères connus de lui seul et se trompait rarement, déjà chevronné. Mais c’était un instant d’intense concentration,  toutes sortes de paramètres entraient dans les calculs, il ne prêtait aux manœuvres de chacun — occupé à s’envoyer la dope d’une manière ou d’une autre — qu’une attention minime. Déjà vieux junk à l’écoute de sa bidoche, il était absorbé. Il n’écoutait que d’une oreille le refus catégorique que Pascal opposait aux suppliques de Lucille pour qu’il lui fasse un fix. Pascal n’était pas doué pour percuter la veine, surtout chez une fille, chez qui elles sont souvent plus fines, et c’est pas de la tarte. Lucille n’avait pas encore appris à se shooter elle-même. Avec un châssis pareil, elle trouvait toujours une bonne âme pour se dévouer.
—Non. T’as qu’à la sniffer. Ça suffit. Je ne sais pas faire les shoots.
Malgré cette extrême focalisation de son esprit sur la dose juste, qui le défoncerait malgré l’habitude mais sans l’expédier direct au paradis des camés, Bernard avait noté quelque chose d’irritant à la périphérie du regard, comme une poussière dans l’œil.
—Majid, mets-en moins dans la cuillère, bordel. Tu vas faire une OD.
Le géant cinglé avait balancé un bon dixième dans la cuillère. Il était, selon Bernard, sevré d’héro depuis un certain temps. Et même si, chez les dingues, on l’avait abruti de calmants, ça n’avait rien à voir.
—…Tu la connais pas, goûte-la d’abord.
—Attends, tu m’as regardé ?
Le géant kabyle redressa la poitrine. Torse massif, épaules lourdes, il n’avait pas l’air fragile, physiquement.
—Je veux la sentir,  Rrrabokkk !
—Ah, tu vois, a repris Lucille en se cambrant sous le nez de Pascal. On veut la sentir…
Au beau milieu de son shoot, Bernard n’entendit pas le reste de la tirade, parce qu’il se faisait une tirette, renvoyant le sang déjà vicié par la drogue — il avait tapé plein pot dans l’artère, la sueur perlait déjà à son front sous le coup de boutoir— vers le cœur pour que la défonce déferle en plusieurs fois.
Mais en plein dans son flash à répétition, Bernard vit Majid partir à la renverse, bleuir, violacer, émettre un ronflement obscène avant de repartir en avant pour piquer du nez, emporté par son poids, la gravité terrestre, la douceur de l’abîme. Les yeux de Pascal s’écarquillèrent tandis que Lucille fonçait sur le paquet de poudre « général » ouvert sur la table pour se refaire une ligne. Bernard, propulsé par son shoot sur une spirale d’énergie, balança une mandale à toute volée dans la tête du Kabyle. Il était vétéran de trois ou quatre overdoses, et cette poudre Triangle d’Or— loin d’abattre et d’enfoncer l’usager dans la rêverie morose des opiacés — survoltait au début chaque nerf en effervescence de ceux qu’elle ne tuait pas. Il reprit son élan et en expédia une seconde, puis une troisième. Ensuite, il saisit le géant au col pour le secouer violemment — manœuvre a priori périlleuse, parce que la masse du Kabyle ne le rendait pas facile à manier et Bernard n’était plus qu’un sac d’os. Heureusement, Majid était assis, les yeux sur le point de se révulser, le visage violet comme un cardinal à la messe de Pâques — tout en émettant un râle liturgique crispant à basse fréquence.
—Parle-moi, tête de nœud. Tu fais une OD, je t’avais prévenu, connard, faut y aller mollo avec cette poudre-là, tu m’écoutes ?… Réponds !
Bernard ponctua son intervention d’un nouvel aller et retour de la main droite, armée loin derrière à chaque fois et lestée de toute son appréhension de voir le Kabyle claquer sous ses yeux. La tête du cinglé pivota sèchement à deux reprises. Bernard recommença de la main gauche, moins puissant mais très rapide. Le ramener sur terre à tout prix. Leur bien-être à tous en dépendait.
—T’es trop dur avec moi, je suis bien… gémit le géant.
—Oui, doucement, dit Pascal. Arrête de cogner. Tu vas lui casser les dents.
Lucille intervint :
—J’en veux encore. Je peux prendre sa shooteuse ?…
Se détournant du Kabyle, Bernard aboya sous le nez de la femme si brusquement qu’elle eut un mouvement de recul.
— Ta gueule. Touche pas à ça. Va faire du café. Très fort.
Et il reprit son élan pour un nouvel aller et retour à toute volée dans la tête du Kabyle dont les orbites partaient sans arrêts vers le ciel, loin sous les paupières — dont la peau s’empourprait constamment du velours maudit de la mort en marche.
Chaque baffe dans la grosse tête du géant en pleine vape retardait l’apparition de la maudite couleur bleue sur ses joues livides héritées de l’asile de dingues.
La nuit était tombée, la température avait baissé de quelques degrés. Un peu d’air frais filtrait par la fenêtre ouverte donnant sur la petite cour crasseuse.
—Arrête de lui taper dessus comme ça, répétait Pascal aux abois. Tu vas le tuer.
 Bernard releva le menton du Kabyle qui partait sans arrêt dans la vape, piquait du nez et l’empêchait de répliquer à Pascal, claquant à répétition la gueule du cinglé — remontée d’un revers de main au niveau adéquat — le plus fort possible, histoire de le réveiller avant d’avoir à fournir des explications à la brigade des stups au sujet de son décès prématuré.
—Ça vient ce café ?… gueula Bernard  en sueur à l’adresse de la michetonneuse en goguette loin de la bouilloire.
Comme elle avait le nez dans le paquet de poudre, Pascal interrompit ses litanies humanitaires, raflant la défonce sous les naseaux de Lucille aux cent coups, et la renvoyant à la cuisine sur un ton autoritaire sous peine d’être interdite de sniff pour le restant de la nuit. Piteuse et provisoirement rassasiée de poudre, elle fit mine de s’exécuter tandis que Bernard balançait quatre baffes supplémentaires au géant kabyle  en toute impunité— des deux mains, son bras droit commençait à fatiguer. Celui-ci reprenait peu à peu le teint de cire — à présent marbré de coups — signifiant que son pouls au rythme encore très ralenti n’allait pas s’éteindre tout de suite.
—Lève-toi, gueula Bernard. Lève-toi, maintenant, et marche, nom de Dieu !
Il s’efforça de tirer le géant kabyle vers le haut. À mi-chemin, il flancha. Le cinglé pesait une tonne et il était entièrement flasque. Bernard poussa un hurlement strident aux oreilles du cinglé, figeant les deux autres à nouveau en train de se chamailler sur le café.  Lucille voulait de la poudre avant de le servir. Bernard gronda au Kabyle :
—…Aide-moi, bordel. Il faut que tu te relèves.
Le cinglé finit par contracter les muscles pour se redresser. Laissant Pascal et la greluche reprendre leurs esprits, Bernard entraîna le géant kabyle boire une casserole de café dans la minuscule cuisine. Puis il obligea le cinglé à marcher, parler, en lui collant des baffes chaque fois qu’il devenait bleu— malgré les objections véhémentes de Pascal, fort heureusement occupé dans la cuisine à repousser les avances de Lucille, apparemment décidée à le sucer pour se rapprocher du paquet de poudre.
Mais Pascal lui ordonna d’aller servir le café, on verrait la suite plus tard. Bernard faillit casser les dents du Kabyle en lui fourrant la tasse dans la bouche.
Au point du jour, vers quatre heures et demie d’une aube resplendissante, le géant kabyle — visage enflé sous l’avalanche de beignes et marbré d’hématomes — reprenant force et vie, voulait se refaire un shoot.
—Non, disait Bernard. T’as failli passer l’arme nettement à gauche de la Mecque. Attend un peu avant de charger la mule, ça vaut mieux.
— J’ai compris maintenant, j’en mettrai moins dans la cuillère, disait Majid, geignard.
—Mets t’en plein la louche si tu veux, mais pas ici.
—J’ai payé le paquet. Avec mon fric.
—Et maintenant que tu as pécho ta poudre, tu rentres chez toi.
—C’est à moi que tu parles ?
Majid gonflait la poitrine, et Bernard eut un instant d’appréhension : la taille et la force du Kabyle rendaient futile toute intervention s’il se donnait la peine de mettre la machine en branle. Mais la réponse est dans leurs yeux, dit la bible des rues, et ceux du Kabyle, materné à la dure par Bernard toute la nuit, restaient mal assurés face à celui-ci, incertains, hantés à son insu par l’abîme survolé entre la vie et la mort. Bernard joua le tout pour le tout. Il répondit sans manifester d’émotion particulière.
—Oui. Si tu veux claquer, vas dehors.
Majid avait certainement un instinct d’agression très développé mais la surdose l’avait matraqué, et rassembler quelque force que ce soit au fond de muscles ramollis par la touffeur équatoriale d’un trop-plein d’héroïne d’une pureté rare — était une tâche surhumaine. Bernard, quant à lui, avait pris juste la dose qui convenait, et la drogue lui conférait au contraire une énergie maniaque. La vague d’appréhension qui l’avait envahi reflua. En temps normal, Majid l’aurait écrasé comme une mouche sur un pare-brise, mais dans l’état où il était… L’hésitation du géant kabyle figea tout à coup celui-ci, ramenant le bleu funèbre sur ses joues. Bernard mit donc fin à cette conversation par une paire de claques bien senties. Le géant kabyle encaissa sans objection — pris au dépourvu par cette dernière lueur d’overdose, il se rassit brusquement, et se tut sans toutefois piquer du nez, méditatif. Cinq minutes plus tard, il dormait paisiblement, sans émettre le moindre ronflement suspect, souffle régulier, et ses joues avaient cessé de violacer, alors Bernard s’abstint de lui en retourner une de plus. Majid était KO, mais encore du monde des vivants. Pas besoin de creuser un trou dans la cave pour le jeter dedans — histoire d’éviter un long détour par la brigade des stups et la préventive.
Pascal et la greluche continuaient à s’engueuler dans la cuisine.

LAISSE TOMBER

—Il faut que je rentre, disait Pascal, reste avec Bernard.
—Laisse-moi au moins quelque chose pour demain matin, répondait Lucille sur ses ergots. Sinon, je serai malade.
Elle savait qu’il en restait un peu à Bernard, et il n’était pas si mal foutu que ça. Elle voulait arracher un peu plus à Pascal avant de le laisser partir.
Bernard n’était pas du tout d’accord avec la tendance générale — l’obliger à finir cette nuit d’horreur avec Lucille — mais le géant kabyle se réveilla, ne sachant pas vraiment où il était, s’il l’avait jamais su.
—Vas-y, lui dit aussitôt Bernard en lui tendant son paquet de poudre, celui que le Kabyle avait payé. Rentre chez toi. Ma gonzesse va revenir, elle déteste la dope. Elle va nous rendre la vie impossible.
Grâce soit rendue au Dieu des camés et des schizophrènes, l’argument porta. Majid prit la tangente sans faire d’histoires, l’air contrit, comme si la fameuse gonzesse de Bernard était déjà là.
Dans ce placard à balais, ce qu’on appelait la cuisine se situait à un pas et demi de l’entrée. La sortie pacifique du géant kabyle coupa la chique au couple en train de s’engueuler. C’était une nouvelle donne, dont Pascal profita aussitôt, prenant la greluche de vitesse.
—Bon… Eh bien, s’il est vivant, je suis soulagé, je n’en peux plus de fatigue, j’y vais, à bientôt.
Et Pascal de s’arracher comme un chacal — le regard psychotique de l’homme au bord du gouffre — laissant, ce salaud, son copain Bernard avec la foldingue.
Ce qui, a priori, ne choquait pas Bernard, rêveur depuis le départ devant la croupe incendiaire de Lucille. Il la laissa même se servir dans son paquet de poudre personnel. Mais l’opium et ses dérivés diffusent chez les femmes les plus vertueuses une fréquence torride. Or Lucille n’avait déjà au départ rien d’une vertu, et l’héro déchaînait son envie d’endorphines. Sauf qu’après une nuit à calmer le Kabyle schizo, et quelques shoots pour se remettre, Bernard était totalement hors-jeu sur le plan sexuel jusqu’au match du lendemain, et le désir de la femme ne souffrait pas qu’on botte en touche.
Il finit par foutre Lucille dehors avec pertes et fracas. Elle l’empêchait de dormir.

3. NOSTALGIE


Quinze ans plus tard, quand Bernard évoqua cette soirée torride devant Pascal, celui-ci répliqua :
—C’est la nuit où on a largué le cadavre ?

TM, Paris, avril 2011



               
               

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles récents