9 mai 2022

Nick Kent, The Unstable Boys : bienvenue à la fiction !


Nick Kent
: voilà un nom qui n'est inconnu d'aucun de celles et ceux qui se sont passionnés pour le rock depuis 1972. Rock critic unique en son  genre, l'Anglais Nick Kent a longtemps écrit pour le légendaire New Musical Express, où son style émaillé d'images choc et son sens de la narration lui ont bientôt valu le statut d'icône du genre. Il faut dire qu'il ne ménageait pas sa peine, estimant, gonzo style, qu'on ne pouvait être rock critic que si on adoptait le mode de vie des rock stars elles-mêmes. Ce qu'il fit consciencieusement, fréquentant de près Iggy Pop ou Chrissie Hynde, s'essayant même à la musique au sein d'un groupe punk qui était une sorte de "répétition" des Sex Pistols. Depuis, on a pu le lire dans le Guardian, Les Inrockuptibles, Rock & Folk ou Libé. “J'étais au bon endroit au bon moment,  avec les mauvaises drogues", déclare-t-il au Guardian en janvier 2021, au moment de la publication de The Unstable Boys en anglais. The Unstable Boys n'est pas son premier livre : Nick Kent, qui vit en France depuis la fin des années 80, avait déjà publié chez Rivages Rouge en 2012 une savoureuse autobiographie, Apathy for the Devil, traduite, déjà, par son épouse la journaliste Laurence Romance. En revanche, il ne s'était jamais laissé tenter par la fiction. C'est aujourd'hui chose faite avec ce polar où le monde de la musique occupe une place de choix, et, au passage, se prend une bonne petite claque... 

5 mai 2022

Valerio Varesi : "La Main de Dieu" et la colère de Soneri


Le printemps est là, et le nouveau Varesi arrive chez les libraires. Voici donc la septième enquête du commissaire Soneri, et contrairement au phénomène trop fréquent qui touche les séries en matière de roman policier, il n'est pas question pour le lecteur d'enfiler ses pantoufles et de retrouver ses bonnes vieilles marques. Car Valerio Varesi sait bien que les hommes changent, vieillissent, dépriment, se mettent en colère, sombrent dans le désespoir. Tout ces états d'âme, on les retrouve chez Soneri, à des dosages sensiblement affinés, et du coup on a affaire non pas à un enquêteur stéréotypé vengeur ou cynique, mais à un humain singulier en proie à ses démons et à ses souvenirs. Bref, si Soneri est toujours le même, il n'est jamais tout à fait là où on l'attend. Avec La Main de Dieu, Valerio Varesi a décidé de sortir une nouvelle fois Soneri de ses habitudes urbaines et parmesanes. 

4 mai 2022

Lionel Destremau, "Gueules d'ombre" : remarquables méandres


Gueules d'ombre est le premier roman de Lionel Destremau. Pour autant, l'auteur n'est pas tout à fait un nouveau-venu en littérature, puisqu'il a déjà publié des recueils de poèmes, un récit et de nombreuses chroniques littéraires. Cet avertissement pour rassurer - un peu - ceux qui vont se dire, après avoir lu le livre, qu'un premier roman pareil n'est pas à la portée du premier venu. Tous les lecteurs, tous les cinéphiles, tous les amateurs de musique ont une fâcheuse tendance à essayer de situer le texte qu'ils lisent, le film qu'ils voient, la musique qu'ils écoutent par rapport à leur Panthéon personnel. J'avoue, je ne fais pas exception à la règle. Au bout de quelques pages, j'oscillais entre Dino Buzzati et Franz Kafka, ce qui n'est pas rien, mais ne dit finalement pas grand-chose sur le caractère remarquable de Gueules d'ombre

28 avril 2022

François Médéline, Les Larmes du Reich : les cicatrices de la guerre


Avec Les Larmes du Reich, François Médéline reprend son bâton de pèlerin de l'histoire contemporaine et nous transporte dans les années 50. Dans La Sacrifiée du Vercors, il avait choisi de se pencher sur la période trouble de l'épuration. Cette fois, il nous montre les cicatrices de la guerre, cinq ans plus tard, et raconte une histoire comme il sait les imaginer, aux confins de la fiction et du réel, aux confins du bien du mal, de l'histoire officielle et de l'histoire cachée. L'inspecteur Michel, personnage principal du roman, vient de quitter la route de Montélimar pour s'engager, courbé sur son vélo de course, dans un chemin qui grimpe dur. Il est parti de Charly, dans le Rhône, et vient donc de s'avaler à peu près 250 kilomètres en neuf heures pour se retrouver au cœur de la Drôme. Le voilà arrivé à la ferme des Delhomme, où un couple a été  assassiné et où une fillette a disparu. A l'évidence, l'inspecteur Michel n'est pas tout à fait un flic comme les autres... Et cette enquête va vite prendre un tournant singulier, aussi singulier que l'enquêteur.

26 avril 2022

David Peace, Tokyo revisitée : un point final époustouflant pour la Trilogie de Tokyo


Je peux vous faire une confidence? Quand il s'agit d'écrire sur David Peace, je me sens mi-morte de peur, mi-transie d'admiration. Et ce n'est pas Tokyo revisitée qui va y changer quelque chose. Voici enfin - après plus de dix ans d'attente - le troisième volet de la Trilogie de Tokyo. Tokyo année zéro, sorti en 2008, était centré sur un fait divers atroce lui-même situé au beau milieu des ruines de la capitale japonaise, en 1946. Tokyo ville occupée, sorti en 2010, prenait pour point de départ une affaire d'empoisonnement en série qui a fait frémir Tokyo en 1948. Tokyo revisitée prend sa source en 1949, et comme ses prédécesseurs s'intéresse à un fait divers resté non élucidé : Sadanori Shimoyama, président des chemins de fer japonais, est retrouvé mort, déchiqueté, sur une voie ferrée. Comme ses deux prédécesseurs de la série, Tokyo revisitée a pour cadre le Japon de l'après-guerre, occupé par les alliés avec les Etats-Unis aux commandes, la seule période de l'histoire où le Japon a été occupé par une puissance étrangère... Une situation aussi décalée que difficilement concevable, qui fait un peu penser à l'Allemagne de l'immédiate après-guerre, avant la construction du mur de Berlin. Une population confrontée à la misère, à des quartiers en ruines, à un pouvoir politique qui lui échappe et qu'il ne comprend pas. L'inverse est vrai : le pouvoir américain ne comprend pas grand-chose à la culture de ce pays, ses enquêteurs piétinent, et le pays est également pris en tenaille par des ambitions géopolitiques venues d'ailleurs, et la volonté américaine de saper l'influence des syndicats et du parti communiste.... Shimoyama occupe une place aussi prépondérante qu'inconfortable dans la société japonaise : il est sommé de procéder à des milliers de licenciements, au grand dam du syndicat du rail et de tous ceux qui vont perdre leur emploi. La situation économique et politique est désastreuse, la pauvreté fait des ravages : difficile d'imaginer pire contexte.

8 avril 2022

Miguel Szymanski, Château de cartes : le Portugal contemporain mis à nu


Miguel Szymanski est journaliste. Il a travaillé pour plusieurss titres au Portugal et en Allemagne. Son héros, Marcelo Silva, est un ancien journaliste, correspondant en Allemagne. Côté légitimité, tout va bien ! Marcelo, pour son retour au Portugal, a choisi de s'engager dans... la police. Il faut dire que ses enquêtes récentes l'ont conduit à des découvertes un brin inquiétantes sur la vie politique et économique de son pays d'origine. Le voilà donc parachuté à la tête d'un nouveau service d'enquête sur les crimes économiques. Inutile de dire qu'il va empêcher de dormir un certain nombre de notables... Le Portugal n'est pas généreux en auteurs de romans policiers ou de romans noirs : Miguel Szymanski est donc particulièrement bienvenu et démontre encore une fois que le roman policier n'a pas son pareil pour aborder des sujets sensibles et permettre à son lecteur de se glisser dans la peau d'enquêteurs à la curiosité bien aiguisée. 

Articles récents